Nous sommes en couple depuis 2 ans avec mon copain qui a 29 ans et il ne veut toujours pas habiter avec moi alors que moi, c’est ce que je veux. Il ne m’a toujours pas présenté ses parents. Et enfin il me dit qu’il ne sait toujours pas ce qu’il veut vraiment. Est-ce que il a juste peur de l’engagement ? Ou est-ce que notre relation est vouée à l’échec et jamais il ne s’engagera avec moi ?
« Il attend que le couple répare son malaise intérieur. L’amour qu’il offre n’est trop souvent qu’un amour narcissique, et il est difficile de distinguer l’adoration de l’être aimé de l’adoration de soi », complète la psychiatre. « Les narcissiques manquent d’estime d’eux-mêmes à cause de déceptions précoces. Mal aimés, pas aimés, rejetés, qui leur reste-t-il à aimer sinon eux-mêmes ? », ajoute Serge Hefez. 

Je consulte votre site depuis peu de temps, dans le contexte où aujourd’hui je me retrouve célibataire après 3 ans et demi de couple. Notre relation a débuté suite à une soirée en été, et au fait qu’elle me regardait depuis pas mal de temps au lycée ce que j’ignorais. Nous savions qu’a la suite de cette été chacun irai commencer ses études dans une ville différentes. Nous avons quand même continuer à nous voir tous les 1 à 2 week end en retournant chacun dans notre ville d’origine, puis pendant les vacances. Jusqu’à ce qu’à la fin de la même année, on se considère comme couple.

Pour commencer, je ne veux aucun lien financier : mariage, colocation, compte commun… et même enfants ! Bah oui, un enfant c’est un lien financier pour 30 ans impossible à supprimer. On peut même être obligé à reconnaitre un enfant via un tribunal (alors que la femme a le droit d’avorter, d’accoucher sous X…). La plupart des couples se séparent (dans 75% des cas à l’initiative de la femme d’ailleurs) maintenant et dans 85% des cas (en France) la femme obtient la garde au détriment de l’homme. Dans la majorité de ces cas là, l’homme doit payer une pension alimentaire (en cas de refus il risque la prison dans 98% des cas…). Bref, avec seulement 6% de chance de voir son enfant grandir jusqu’à son indépendance, en France, pour un homme, avoir un enfant est très, très loin de l’image idyllique que les femmes veulent leur vendre. En fin de compte ils ont plus de chance de souffrir autant psychologiquement que financièrement. Alors, pourquoi un homme rationnel ferait cet effort d’avoir un enfant (symbole ultime de l’engagement pour pas mal de femmes) ? Il ne faut pas s’étonner si de plus en plus d’hommes refusent d’avoir des enfants dans ce cas.
Merci pour ces témoignages bouleversants. Quelle tragédie dans un monde soit disant moderne de ne pas pouvoir être soi. Je pense qu'il faut vraiment en parler afin que cela rentre dans les mœurs. Merci la WTF tram d'avoir cité Ellen Dégénères, mon idole ? cette femme a révolutionné ce combat dans l'audiovisuel aux Etats-Unis. Espérons qu'un jour, ce combat n'en soit plus un.
bonjour , j’ai rencontré un homme y a 3 semaines on parle souvent de tous et de rien je l’apprécie beaucoup mais il vient de me dire chui comme sa petite sœur 😮 je suis choquée je veux pas être plus que sa petite sœur je veux m’engager dans une relation de couple avec lui .. SVP aidez moi donnez moi des conseils pour qu’il puisse changer son avis et qu’il m’apprécie autrement que sa petite sœur .
Il y a un élément essentiel à la survie d’un couple lors d’une relation amoureuse entre femme et homme, il s’agit de la connaissance que l’on a à propos de son partenaire. En effet, quand je coach des couples qui sont même ensemble depuis des années je me rends bien compte que ces deux personnes ne savent pas grand-chose l’une sur l’autre et je le vois encore plus chez les couple ayant la vingtaine ou la trentaine car le virtuel, et plus particulièrement les réseaux sociaux freinent l’apprentissage amoureux. On pense communiquer plus, mais on communique mal !
On avait un jour organisé un débat entre Théodore Monod et Mère Thérésa. Monod expliquait toutes ses théories très vraies sur la structure de l'univers, suite à quoi le présentateur se tourna vers Thérésa en lui demandant ce qu'elle en pensait. Elle n'a fait que répondre : "Moi je crois en la compassion et l'amour." Or Monod reconnut ultérieurement que cette réponse l'avait édifié.
J’étais devenue une serpillière triste. Comment j’en suis sortie ? Il m’a plaquée ! Le psy (trois fois par semaine après la rupture !) m’a fait intégrer l’idée que je n’étais pour rien dans son comportement, qu’il avait besoin de me laminer pour se sentir des couilles, et exister. Le plus dur a été de réaliser que j’aimais une ordure et de supporter mon impuissance à changer quoi que ce soit. J’ai dû faire un gros travail de "démaillage", maille après maille, pour comprendre comment j’avais pu le laisser me traiter ainsi... Entre autres, des parents obnubilés et accaparés par l’entreprise familiale qui passaient plus de temps avec leurs ouvriers qu’avec moi. »
Concernant les odeurs, on se doute bien qu'ils nous préfèrent fleurant bon la rose qu'après une séance au Waou*. Et on vous passe l'haleine alcoolisée qui en a fait abandonner plus d'un...notamment Luc, 34 ans, qui trouvait cette fille si jolie en boîte de nuit jusqu'à ce qu'elle lui murmure avec sensualité qu'elle irait bien boire un autre verre avec lui au bar. « Mais d'après l'odeur qui émanait de sa bouche, elle avait déjà assez bu... ».

« Si les choses sont claires, l’autre devrait être content pour son ancien partenaire comme un ami. C’est vrai que présenter à son nouveau mec son ami/ex c’est pas super facile et peu l’acceptent à cause des idées reçues. Il faut faire comprendre aux gens que si c’est terminé c’est qu’il y a une raison, et que ce n’est pas parce que l’ex est encore dans l’entourage qu’on va lui sauter dans les bras à nouveau. Justement, c’est un bon mémo de ce qu’on veut plus subir en couple. »
Oui, les hommes ressemblent à des élastiques : lorsqu’ils se réfugient dans leur caverne, ils ne peuvent s’y enfoncer que jusqu’à un certain stade avant d’être ramenés à leur point de départ. L’élastique est donc le symbole idéal pour nous aider à comprendre le cycle de l’intimité masculine, cycle fait d’un rapprochement suivi d’un éloignement, puis d’un nouveau rapprochement plus serré.
×