Pourtant, il est bien dit : " Quiconque croit en lui " ? Que comprendre ? D'une certaine façon, on peut " croire dans le Fils " sans le connaître. C'est ce que Jésus a déclaré, de façon solennelle, dans un discours que l'on appelle communément " l'évangile du jugement dernier ". Jésus dit que " le Roi ", " quand il viendra dans sa gloire ", appellera, pour entrer dans le Royaume de Dieu, " les bénis de son Père " : ceux qui ont donné à manger aux affamés, à boire aux assoiffés, donné des habits aux pauvres, accueilli les étrangers, visité les prisonniers.

J’ai 55 ans et lui 50. Je suis veuve , j’étais pendant 20 avec mon époux . Sans prétention, tout le monde me dit que je suis belle et que je fais plus jeune: 1 découverte,je croyais que mon ex me voyait avec les yeux de l’amour.Je ne suis pas bégueule, j’aime rire,il semble que je sois sympathique aux yeux des autres (y compris les femmes,pas le genre mystérieux et inaccessible). J’ai pris du temps pour faire mon deuil, mais la c’est fait, je ne compare personne avec mon ex;

Le temps n’est pas votre ennemi. Je sais que certaines de mes coachées se disent « si dans 2 mois il ne me dit pas je t’aime ça ne sert à rien ou si au bout d’un an on ne vit toujours pas ensemble je le quitte ! ». Toutes ces pensées je les comprends mais si vous les analysez, vous vous rendrez compte qu’elles vous ont menées ici, ce sont ce genre d’idées qui sont néfastes. Poser un ultimatum à son homme pour obtenir plus de sa part n’est donc pas forcément une bonne idée. Je ne prétends que cela ne peut pas fonctionner, mais il faut aussi se rendre compte que c’est un jeu dangereux.
D'un blog personnel où je racontais mes rencontres avec les femmes de ma vie, Hommesdinfluence est devenu une bibliothèque de connaissances sur les relations au sens large (notamment hommes-femmes): la séduction bien sûr, mais aussi le couple et toutes ses problématiques (notamment l'obsession amoureuse, la sexualité, etc.). Vous trouverez dans nos séminaires toutes les clés pour comprendre la logique des émotions, mais aussi le monde à travers les lunettes de la sociologie.

Je voulais vous remercier de votre réponse. Il s’est avéré que nous avons finalement repris contact après ce long silence. Nous prenons juste des nouvelles, nous ne parlons pas de choses profondes. Ce n’est pas à moi d’aborder ces sujets, vu tous les messages que je lui avais envoyé sur mes ressentis… C’est à son tour d’en parler (s’il le veut) quand il le sentira.
Ceux qui ont tendance à s’accrocher à ces demi-relations (demi-molle, oserais-je dire) sont ceux pour qui les opportunités sont rares. Si vous rencontrez vingt nouvelles personnes par mois, vous trouverez dans le lot quelqu’un qui vous admire et vous aurez à coeur de faire le ménage et sortir de votre vie ceux avec qui cela ne fonctionne qu’à moitié.
Croire en Dieu ou en une force supérieure m'a toujours titillé dans le passé et me hante encore aujourd'hui. Je pressens l'existence d'une force potentiellement présente inhérente à la nature humaine. Elle agit en nous comme un médicament . Elle est nécessaire et vitale à notre existence, car il fait partie de nos traits caractériels, de nos matériaux de construction. Elle est comme une thérapie potentiellement présente, et peut être utilisée au besoin par l'homme, soit consciemment ou inconsciemment. L'homme ne peut et ne pourra jamais se départir de ce quelque chose qui l'anime , qui lui donne force et espoir, et qui peut aussi le guérir de son mal de vivre ou l'aider à solutionner ses problèmes, car il fait partie de son ADN biologique, de son conscient et et de façon importante de de son inconscient.
La situation est loin d’être évidente et effectuer une analyse sur l’espace des commentaires ne serait pas pertinent car pour cela j’ai besoin d’avoir certaines réponses à mes questions. Je te propose donc de t’orienter vers une séance de coaching afin que nous fassions le point et que nous mettions en place la stratégie qui sera la plus efficace. Sinon, dans la boutique tu trouveras aussi mon livre qui permettra de te guider dans les grandes lignes sur l’attitude à avoir.
Je suis juste un peu étonnée, parce que y a vraiment des périodes de calme plat entre mon homme et moi, mais ce ne sont pas des périodes plus malheureuses ou plus heureuses que d’autres. Y a la fatigue du boulot, quelques autres soucis, et je ne compte plus les soirées qu’on passe à bouffer des chips et à regarder des documentaires. Mais je n’attends rien d’autre de mon couple, cela me convient de vivre avec quelqu’un POUR vivre avec lui, et pas pour qu’il me donne des sensations extrêmes, genre ecstasy ou cocaïne. Y a des bars pour ça, vous savez, quelques choppes et vous planez ! Mais le couple n’est pas fait pour un bonheur imaginaire, c’est fait pour le bonheur réel, et tant pis s’il va à l’encontre de l’image traditionnelle pleine de feux d’artifice et d’explosions de couleurs !
Puis il en a eu marre de « s’interdire d’être heureux » et a choisi de se lancer dans les joies du couple. C’est à ce moment-là qu’on s’est rencontrés (ça faisait quelques mois qu’il était décidé à se mettre en couple pour une relation sérieuse, et moi je sortais de mon abstinence et remise en question). Il finit ses études (jusqu’à décembre) dans une autre ville, mais à commencé à organiser les week-end où il pourrait venir me voir, plus quelques week-end où je pourrai aller moi chez lui, avec une fréquence de 2 week-end sur 3 en moyenne. On a pris nos billets, on a commencé les aller-retours, j’avais peur qu’il me dise au bout d’un mois qu’il s’en était lassé (c’est quand même pas évident de traverser la France en TGV vendredi soir, dimanche soir, puis re vendredi d’après…) mais après 2 mois, malgré quelques difficultés rencontrées du fait que tout ce qui est à faire le week-end devient plus difficile à réaliser (moi je travaille la semaine), on tient.
Je me suis lassé quand je me suis rendu compte que je l’aimais plus qu’elle ne m’aimait. Toujours moi pour proposer des restos, des sorties, pour entretenir la flamme du début…elle ce n’était pas son pb…avec le recul quand je vois tous mes amis qui traitent les femmes comme des serpillières et toutes ces femmes qui les suivent je me dis…ça doit être ça l’amour.
On s est écrit régulièrement. Et je lui ai dit que je ne voulais pas tenir la chandelle donc pour moi c était fini et la il m invite à manger mais ne passe pas la nuit. Il m a parlé de son ex et qu il ne voulait pas me faire du mal, qu il était désolé et à l impression qu elle le manipule car elle est seule et s ennuie. Il ne veut pas recommencer avec elle car elle voulait le changer et le façonner à sa manière.

Je lis vos articles et grâce à vous, je suis sortie de la dépendance amoureuse pour reconquérir mon ex. J applique les conseils et cela fonctionne timidement. Nous avons une relation sex Friends….pas top pour moi qui suis amoureuse mais confortable pour lui grâce à l option porte de sortie à tous moments sans justification. Le plan cul sans prise de tête, sans être en demande d affection et d engagement peut mener a un déblocage de la situation vers une relation de couple ?


Voilà pourquoi un homme peut soudain paraître absent. Sa femme doit cesser de se creuser la cervelle pour comprendre ce qu’elle à fait afin de mériter une telle indifférence et admettre que cela n’a rien à voir avec elle. Elle doit apprendre que lorsqu’un homme peut se rendre sans encombre dans sa caverne dès qu’il en ressent le besoin, il ne tarde pas à en ressortir. Tout rentre alors dans l’ordre. Cela est d’autant plus difficile à admettre pour une femme qu’une régle d’or féminine commande de ne jamais abandonner quelqu’un en détresse. Tourner le dos à son homme favori au moment ou il est perturbé lui semble donc la négation de l’amour. Puisqu’elle tient à lui, elle cherchera plutôt à le suivre dans sa réclusion pour tenter de l’aider à arranger les choses. Et comme l’homme ne l’entendra pas de cette oreille, c’est là que les soucis commencent.
×